Des panneaux solaires

septembre 2021

Alors qu’en France environ 70 % de l´énergie électrique est d’origine nucléaire, un peu plus de 10 % hydraulique et 8 % éolien et solaire, le « mix énergétique » du Brésil est très différent : 70 % d’´hydraulique 8 % éolien, 2 % nucléaire et seulement 1 % solaire.

Le solaire, une opportunité pour le Brésil ?

L´énergie d’origine hydroélectrique est considérée comme renouvelable et « propre ». Le Brésil a construit en conséquence des barrages gigantesques notamment, en Amazonie non sans impacts importants dans des zones inondables compte tenu de l’absence de reliefs naturels le long de l’Amazone et de ses affluents.

L’énergie reste très chère pour le consommateur brésilien (0,15 € du kWh, un prix français dans un pays au salaire moyen 6 fois moindre), frappée qu’elle est, de plus de 50 % de divers impôts.

Le solaire, dont le coût de production a beaucoup baissé, est presque inexistant dans un pays largement ensoleillé, faute d´incitation publique. Depuis 2 à 3 ans de gros consommateurs se sont équipés en solaire au grand déplaisir des compagnies d´électricité qui luttent pour leur monopole.

Au Rondônia, qui produit 10 fois plus d´énergie qu´il n´en consomme, le consommateur ne cesse de se plaindre des augmentations de tarifs.

Le diocèse de Guajará entretient 2 lieux de consommation importante liée à la nécessité de climatiser les locaux : la Radio Educadora et le Despertar

La pandémie et la paralysie des activités éducatives durant plus d´un an, aura permis des économies de fonctionnement du Despertar qui ont été investies dans une installation solaire de 250 m2 sur la toiture de la radio Educadora. Ses charges mensuelles ont été diminuées de 25 %, soit près de 600 € par mois.

Au Despertar, si ce niveau de production se confirme, nous devrions pouvoir quasiment faire de même, ce qui n´était pas prévu dans le projet initial. Le retour sur investissement se ferait donc en un peu plus de 3 ans.

Nous avons maintenant le projet d´une installation similaire sur la toiture du centre de catéchèse de la cathédrale, avant la fin 2021. Ce projet sera subventionné par l´Église d´Allemagne dans le cadre d´une sensibilisation à la préservation écologique du Fleuve Madeira en mettant en balance les impacts des barrages et la disponibilité du solaire au Brésil.

Les dernières nouvelles

Des indiens manifestent

Du 08 au 15 juin 2022, les indiens de la région de Guajará-Mirim et Nova-Mamoré (54 villages, 24 ethnies) se sont réunis à Guajará-Mirim pour manifester à l’administration brésilienne leur mécontentement face à la gestion de leurs problèmes et exiger le remplacement...

Des évêques brésiliens ont rencontré le pape François

Une vingtaine d’évêques de la région nord ouest de l Amazonie brésilienne (dont dom Benedito du diocèse de Guajará-Mirim) se sont rendus à Rome à l’occasion de leur visite ad limina. La visite ad limina se fait tous les 5 ans et inclut entre autres le pèlerinage aux...

Un club de foot au Centre Despertar

Il vient de s'ouvrir en partenariat avec l’Unesco. Son but : développer les aptitudes physiques, donner le goût du sport, et motiver les enfants à venir au Centre. Actuellement 36 enfants sont inscrits.

Le message pascal de l’évêque, dom Benedito

Dom Benedito actuellement en visite pastorale dans son diocèse a tenu à envoyer un message à tous : « Je suis à Colorado pour la Semaine Sainte afin de célébrer les offices dans toutes les communautés alentour. Tout sera intense, car les participants seront...

La journée de l’eau

Lors de la journée mondiale de l’eau initiée chaque année en mars par l’ONU, la ville de Guajará a organisé une manifestation pour sensibiliser la population à la préservation de la vie aquatique des fleuves Madeira et Mamoré et pour mettre en garde contre les projets...

Un archidiocèse particulièrement éprouvé

Personne n’a oublié la situation catastrophique de la région de Manaus, subissant de plein fouet la vague déferlante du coronavirus… Par manque de respirateurs dans des hôpitaux saturés, les morts n’ont cessé de s’accumuler dans les fosses communes faute de places...