Des panneaux solaires

septembre 2021

Alors qu’en France environ 70 % de l´énergie électrique est d’origine nucléaire, un peu plus de 10 % hydraulique et 8 % éolien et solaire, le « mix énergétique » du Brésil est très différent : 70 % d’´hydraulique 8 % éolien, 2 % nucléaire et seulement 1 % solaire.

Le solaire, une opportunité pour le Brésil ?

L´énergie d’origine hydroélectrique est considérée comme renouvelable et « propre ». Le Brésil a construit en conséquence des barrages gigantesques notamment, en Amazonie non sans impacts importants dans des zones inondables compte tenu de l’absence de reliefs naturels le long de l’Amazone et de ses affluents.

L’énergie reste très chère pour le consommateur brésilien (0,15 € du kWh, un prix français dans un pays au salaire moyen 6 fois moindre), frappée qu’elle est, de plus de 50 % de divers impôts.

Le solaire, dont le coût de production a beaucoup baissé, est presque inexistant dans un pays largement ensoleillé, faute d´incitation publique. Depuis 2 à 3 ans de gros consommateurs se sont équipés en solaire au grand déplaisir des compagnies d´électricité qui luttent pour leur monopole.

Au Rondônia, qui produit 10 fois plus d´énergie qu´il n´en consomme, le consommateur ne cesse de se plaindre des augmentations de tarifs.

Le diocèse de Guajará entretient 2 lieux de consommation importante liée à la nécessité de climatiser les locaux : la Radio Educadora et le Despertar

La pandémie et la paralysie des activités éducatives durant plus d´un an, aura permis des économies de fonctionnement du Despertar qui ont été investies dans une installation solaire de 250 m2 sur la toiture de la radio Educadora. Ses charges mensuelles ont été diminuées de 25 %, soit près de 600 € par mois.

Au Despertar, si ce niveau de production se confirme, nous devrions pouvoir quasiment faire de même, ce qui n´était pas prévu dans le projet initial. Le retour sur investissement se ferait donc en un peu plus de 3 ans.

Nous avons maintenant le projet d´une installation similaire sur la toiture du centre de catéchèse de la cathédrale, avant la fin 2021. Ce projet sera subventionné par l´Église d´Allemagne dans le cadre d´une sensibilisation à la préservation écologique du Fleuve Madeira en mettant en balance les impacts des barrages et la disponibilité du solaire au Brésil.

Les dernières nouvelles

Un « cha » d’octobre rose

Dans le cadre de la campagne de prévention internationale contre le cancer du sein, le Despertar a convié mères et amies des enfants et de leur entourage, pour une conférence de sensibilisation, et un moment de loisirs autour d'un thé (cha) « d’octobre rose » . Il fut...

Une fête magnifique

La paroisse de São Miguel do Guaporé a fêté son patron (Saint Michel Archange) avec beaucoup de joie et a offert à tous les participants un grand repas (900 kg de viande pour le « churrasco » : brochettes, du manioc et des patates douces), préparé dès...

Notre assemblée générale

L’assemblée générale de Lettre d’Amazonie s’est tenue le 22 septembre dans les locaux attenants à l’église Saint Germain des Prés, en présence de dom Benedito. Une occasion de belles rencontres et de partages.

Dom Benedito parmi nous !

Dom Benedito vient d’arriver en France pour assister à l’assemblée générale de Lettre d’Amazonie le 22 septembre, et reprendre par la même occasion, contact avec tous les membres de notre association. Le voilà au secrétariat du Pont de Lodi en présence de Philippe Le...

Des indiens manifestent

Du 08 au 15 juin 2022, les indiens de la région de Guajará-Mirim et Nova-Mamoré (54 villages, 24 ethnies) se sont réunis à Guajará-Mirim pour manifester à l’administration brésilienne leur mécontentement face à la gestion de leurs problèmes et...

Des évêques brésiliens ont rencontré le pape François

Une vingtaine d’évêques de la région nord ouest de l Amazonie brésilienne (dont dom Benedito du diocèse de Guajará-Mirim) se sont rendus à Rome à l’occasion de leur visite ad limina. La visite ad limina se fait tous les 5 ans et inclut entre autres le pèlerinage aux...