Visites aux prisons

décembre 2022

La visite aux prisons de Guajará-Mirim fait aussi partie des activités du diocèse en ce temps de Noël.
C’est une occasion de plus pour la pastorale, composée d’hommes et de femmes bénévoles, de manifester sa présence et, ce jour-là, d’apporter quelques friandises à tous. C’est aussi un moment pour les prisonniers d’échanger avec l’évêque et d’exprimer leurs doléances.
La ville de Guajará-Mirim, que seul le fleuve Mamoré sépare de la Bolivie, est le passage inévitable de la route de la drogue.
Nombreux sont celles et ceux qui succombent aux sollicitations des trafiquants et servent de mules pour la transporter. Ils sont souvent jeunes, entre 20 et 30 ans.
Régulièrement arrêtés, ils passent un certain temps à la prison mais une fois leur peine purgée, ne restent pas longtemps à l’extérieur : l’appât de l’argent facile est trop tentant.
Il n’existe pas d’accompagnement à leur sortie et la vie est difficile.
Il y a actuellement 245 prisonniers à la prison des hommes de Guajará-Mirim, 35 détenues à la prison des femmes et 90 à la prison de sécurité maximale, dépendante de Porto Velho (350 km) mais située dans le district de Guajará-Mirim, à l’extérieur de la ville (45 km).
Leurs demandes en ventilateurs et matelas sont importantes. Le diocèse avec dom Benedito et l’équipe de la pastorale accompagne autant que faire se peut.

Les dernières nouvelles

Lula : des réformes à venir difficiles dans un pays fracturé

Le nouveau président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva, « Lula », élu en octobre 2022, a pris ses fonctions pour un troisième mandat le 1er janvier, alors que le président, sortant, Jaïr Bolsonaro, a quant à lui quitté le Brésil pour la...

Un diocèse qui vit et qui agit

Ils sont quatre prêtres autour de leur évêque, à assumer les célébrations tant à la cathédrale de Guajará-Mirim, que dans les faubourgs et les communautés rurales alentour. Elles sont plusieurs religieuses, souvent accompagnées de catéchistes, à animer des rencontres,...

Biodiversité et agronégoce

Biodiversité. Il existe encore, dans le Rondônia, quelques pans de forêt primaire sauvegardée dans lesquels s’épanouissent plantes diverses et arbres magnifiques, tel le cacaoyer ou le figuier d‘Amazonie dit « figuier étrangleur ». Avec ses énormes racines aériennes,...

Retour au diocèse

Pour son 41e retour au diocèse, Mady Huntzinger livre ici quelques extraits de son journal de bord. Peu avant Porto Velho, l’avion commence une descente progressive vers l’aéroport. Il y a encore quelques années, c’était un vrai bonheur que de voir les bouquets de...

Élections présidentielles du 30 octobre au Brésil

La (trop) courte victoire de Luiz Inacio Lula (50,9 %) du PT (Parti des Travailleurs) expose le pays à de multiples défis.Si le bilan de Jaïr Bolsonaro est qualifié de catastrophique par beaucoup, tant sur le plan écologique, qu’économique ou sanitaire dans la...

Un « cha » d’octobre rose

Dans le cadre de la campagne de prévention internationale contre le cancer du sein, le Despertar a convié mères et amies des enfants et de leur entourage, pour une conférence de sensibilisation, et un moment de loisirs autour d'un thé (cha) « d’octobre rose » . Il fut...